6 juillet : interopérabilité SSIAD /SAAD

La matinée du 6 juillet a été consacrée à l’interopérabilité des systèmes d'information SPASAD / SSIAD / SAAD.

Les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) existent depuis 2004, mais les contraintes portant sur leur organisation en a limité la généralisation.

Dans le cadre de la loi ASV et des évolutions du Code de l'action sociale et des familles, une expérimentation sur deux ans de « SPASAD intégrés » a sélectionné plus de 350 projets de rapprochement entre SAAD et SSIAD, basés sur un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) et en général sur des conventions.

Le cahier des charges de ces SPASAD intégrés prévoit la mise en oeuvre d’outils sécurisés de partage d’information sur les plannings d’intervention à domicile et le suivi du projet individualisé d'aide, d'accompagnement et de soins, intégrant le cas échéant le plan personnalisé de santéLa présentation par la FEHAP de son livre blanc « vers le SPASAD 3.0 » a permis :

  • de mieux comprendre les nombreux acteurs, les enjeux,
  • de voir la nécessité de partager ou d’échanger des informations entre les composantes « aide » et « soin »,
  • de faire la distinction entre système d’information et système informatique : les outils informatiques ne font que faciliter la mise en œuvre technique d’échanges de données entre des structures ayant mis en place ou ayant la volonté de mettre en place un partage d’informations.

Les formats d’échanges de données qui font l’objet des travaux de EDESS sont pertinents dans le cas ou SAAD et SSIAD ne partagent pas le même logiciel, ou pour échanger à terme des données avec d’autres acteurs (ARS, CCAS, etc.).

Concernant les aspects techniques, d’autres organisations oeuvrent déjà :

  • sur la sécurisation des échanges de données médicales personnelles et leur hébergement (ASIP Santé),
  • sur les formats d’échanges de données entre structures de santé, avec notamment les normes HL7 et FHIR (InteropSanté),
  • sur l’identifiant national de santé, obligatoire à partir de 2020.

Ces travaux portent sur le long terme. Dans le contexte des besoins urgents d’échanges de données entre SSIAD et SAAD, EDESS peut travailler sur des solutions pratiques à court terme d’adaptation du standard ESPPADOM pour permettre :

  • l’accueil du bénéficiaire, en évitant la double saisie des informations administratives,
  • la description du projet individualisé d’aide et de soins, via le message ORDER,
  • la synchronisation des plannings aides et soins en se basant sur les technologies existantes de mises à jour d’agendas,
  • la gestion des incidents, des alertes et des actions de prévention.